Jacques BORSARELLO, conseiller artistique du festival


Né à Toulon, il a débuté des études de violon dès son plus jeune âge et a suivi une scolarité classique jusqu’à la terminale. Après de brèves études de médecine, il se consacre à l’Alto auprès de Dominique Richard, Serge Collot et Bruno Pasquier au CNSM de Paris.

Très vite impliqué dans la vie active, il obtient un diplôme d’enseignement, le CA, qui lui permet d’enseigner dans les écoles nationales et régionales. Initié à la musique de chambre grâce à ses deux frères, il intègre le Quatuor Loewenguth avec lequel il restera quatre années.
Suivront des années riches d’expériences dans de nombreux orchestres symphoniques parisiens, Opéra de Paris, Orchestre de Paris, Orchestre de la Radio, orchestres de chambre, au Quatuor Razumowsky et enfin fonde avec ses frères Jean-Luc et Frédéric le Trio à cordes Borsarello.Aujourd’hui professeur d’Alto titulaire au Conservatoire à rayonnement régional de Versailles, il publie des ouvrages pédagogiques aux éditions Van de Velde, Combre, Delrieu, Sempre Piu et Lemoine et a fait partie du groupe de tango argentin, TOCCATANGO.

Attentif à rester un musicien actif et utile à ses collègues et à ses nombreux élèves, il fonde avec des amis altistes l’Association franco-européenne de l’Alto.Fondateur de sa propre saison musicale "Alto en Béarn" dans le canton de Navarrenx, il en a fêté les 10 ans d'existence en 2015. Préoccupé depuis plusieurs années par la dégradation de la culture en France, la désertification des salles de concerts, le vieillissement du public, la prépondérance de la musique Kleenex et l’invasion du système Show-business dans le secteur classique, délaissant la qualité au profit de la vente à tout prix, il s'est mis à écrire des chroniques, composées de  nouvelles, regroupées sous le titre «  Réaltor B, chronique d’un musicien entre deux siècles ».

  Il publie en  juin 2013 chez le même éditeur un 2ème recueil de 15 nouvelles sous le titre « Concert champêtre ».

Sa rencontre avec Pierre-Yves Pruvot et Hjordis Thébaut, créateurs des éditions Symétrie et chanteurs lyriques confirmés, a été déterminante pour l’édition de ses nouvelles, destinées à faire découvrir aux mélomanes comme aux néophytes, les coulisses méconnues d’un métier hors du commun.

L'écriture d'un huis-clos, "A part la musique..." vient compléter son besoin de faire découvrir les moteurs de sa passion et de prendre la défense des acteurs de son métier.

Hervé N'KAOUA


Médaillé d'or du Conservatoire National de Région de Bordeaux, Hervé N'KAOUA entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. En 1990, il y obtient le Premier de Piano dans la classe de Dominique MERLET, le Premier Prix de Musique de Chambre, ainsi que le diplôme d'analyse musicale. Admis en cycle de Perfectionnement de musique de chambre dans la classe de Roland PIDOUX, il se distingue dès 1991 dans différents concours internationaux : lauréat de la Fondation MENUHIN, lauréat du concours « Musique d'Ensemble », finaliste de l'International Young Concert Artist Competition of Royal Tunbridge Wells (Angleterre). Il reçoit alors une bourse pour étudier à la School of Fine Arts de BANFF (Canada) en 1991; il y rencontrera des Maîtres prestigieux tels que Gyorgy Sebok et John Perry. Hervé N'KAOUA obtient le Certificat d'Aptitude de professeur de piano en 1995. Engagé comme Professeur de Piano à l'Ecole de Musique du Havre en 1995, il est nommé au Conservatoire National de Région de Bordeaux en 1997. En 1999, il est choisi par la Communauté Urbaine de Bordeaux et le quotidien Sud-Ouest pour représenter le nouveau dynamisme de la ville dans le domaine culturel.

Cette même année, il est également nommé Président de la section française de l'European Piano Teatcher Association (EPTA).
Après avoir été l'assistant de G.PLUDERMACHER au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Hervé N'KAOUA est nommé, en septembre 2008, Professeur de Piano au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon.
Par ailleurs, soliste et concertiste, il participe à de nombreux concerts en France et à l'étranger. Son goût pour la musique contemporaine l'amène à intégrer le groupe Proxima Centauri en 2000, avec lequel il participe à des créations en France ainsi que dans plusieurs autres pays. Il est également, depuis sa création, le Directeur Artistique des « Estivales de Musique en Médoc », festival qui propose de faire jouer des lauréats de concours internationaux dans les grands crus du Médoc.

Son répertoire s'étend de Bach à la Musique contemporaine (Stockhausen, Boulez, Crumb, Pierre Jodlowski, François Rossé), et comprend de nombreux concertos (Mozart, Beethoven, Chopin, Liszt, Rachmaninoff, Brahms); il affectionne particulièrement l'époque romantique et joue régulièrement le répertoire de Chopin, Brahms, Liszt et Schumann ainsi que la
Musique française (Debussy et Ravel).

Paul ROUGER


Né à Paris en 1965, Paul Rouger entre à l’âge de treize ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il y obtient trois Premiers Prix (violon, musique de chambre, harmonie), une 1ère médaille de solfège spécialisé et un accessit de contrepoint. Il suit ensuite le cycle de perfectionnement en quatuor à cordes. En 1991, il est finaliste du Concours International de Taïwan. Ses professeurs furent Jean Fournier, Antoine Goulard, Gérard Poulet, et Olivier Charlier. Violon solo de l’Orchestre Symphonique Français de 1989 à 1997, il crée à sa dissolution un ensemble baroque de dix musiciens, les Solistes Français, avec lesquels il donne près de 100 concerts par an. Egalement violon solo de l’Orchestre Colonne (depuis 1999), il est aussi professeur de violon au Conservatoire du Centre de Paris. Il a joué à l’Opéra de Paris, avec l’Orchestre Symphonique Français puis avec l’Orchestre Lyrique de l’Opéra et plus récemment avec l’Orchestre Colonne, les plus grands solos du répertoire : la Belle au Bois Dormant, Shéhérazade, le Lac des Cygnes, Raymonda, la Bayadère, Sylvia...

 Il s’est produit également en soliste avec orchestre (concertos de Beethoven, Brahms, Mendelssohn, Tchaïkovsky, Saint-Saëns, Prokofiev) sous la direction de Laurent Petitgirard, Jean-Pierre Wallez, Eduardo De Carvalho, Lucas Pfaff, Bruno Poindefert, Kyung-Soo Won, Oleg Rechetkine...
Chambriste apprécié, il a joué en compagnie d’artistes aussi renommés que Jean-Philippe Collard, Michel Arrignon, Yvan Chiffoleau, Gérard Caussé, Pascal Devoyon, Roland Daugareil, François Guye, Marielle Nordmann, Dominique De Williencourt...
« Tout violoniste accompli doit avoir joué les Sonates et Partitas pour violon seul de J.S.Bach » disait Yehudi Menuhin. Cet accomplissement s’est réalisé en juin 2004, à l’aube de ses quarante ans.
Paul Rouger a enregistré le 3ème concerto de Saint-Saëns, la Danse Macabre et la Muse et le Poète du même auteur avec l’Orchestre Symphonique Français, et six disques avec les Solistes Français, dont plus de 18 000 exemplaires ont été vendus à ce jour.